Recycler ses projets photographiques

Je lis actuellement le livre de Thomas Hammoundi intitulé « Vers la lumière », ouvrage qui aide à créer des projets photographiques et je me rends compte que mes idées commencent peu à peu à reprendre forme. J’ai toujours eu énormément d’idées que j’ai vite abandonné car je ne trouvais aucune cohérence avec ce que je fais ou tout simplement parce que je les ai oubliées. Depuis 1 an ou 2, j’ai pris l’habitude de noter mes idées, même les plus pourries. C’est assez intéressant aujourd’hui de revenir sur mes notes avec du recul d’ailleurs ! J’admets que parfois j’étais partis dans des explications qui me perdent moi-même aujourd’hui. Parmi elles, je pourrais citer la série « Portrait de femme ». Et pourquoi pas recycler ses projets ?

Recycler ses projets - "Portrait de femme", image initiale
📷 : Nikon FM2n, Voigtlander 40mm f/2, Kodak 400TX, Kodak Xtol 1+1, Epson v600

Portrait de femme

Ce projet m’a interpelé car la semaine dernières j’ai pris quelques notes là-dessus, sans me souvenir que j’avais déjà eu une idée similaire 2 ans auparavant. Je pense qu’il est donc intéressant que je m’y attarder. Pour commencer, ce matin, je me suis pris la tête avec le titre de ce projet. Pourquoi portrait de femme ? Pourquoi pas portraits de femmes ? Ou portrait de femmes ? Une chose est sûre, dès le début, il n’a jamais s’agit de visages, jamais d’UNE femme.

Ma première idée était basée sur une série de photographies mettant en avant des détails qui m’ont interpelé chez une femme. En terme de réalisation, je voyais une séance photo, des photos posées des femmes sans ou peu d’expérience en posing photo. J’aurais recueilli quelques photos backstage pour mon projet et que je trouve fortes.

Ce matin en recherchant ma photo du jour, j’ai vu les choses autrement. J’ai envie d’un projet beaucoup plus personnel, je ne souhaite plus que la femme photographiée soit centrale. J’aimerais réunir, dans un livre ou recueil, plein de photos représentant des instants futiles qui ouvrent vers une histoire. Des instants construits pour amener à des questionnements. Rassembler un corpus de gestes, postures, détails du quotidien que nous ne regardons malheureusement plus.

Construire mes images

Pour l’instant je m’intéresse beaucoup à l’espace négatif, qui consiste à donner plus d’importance au fond qu’au sujet. J’ai constaté que je suis beaucoup plus attiré par les petits logos par exemple. J’aime les détails et j’adore avoir l’impression de faire partie de l’élite qui a su remarquer LE petit détail qui fait LA différence. Longtemps considéré comme un défaut, une manie ou un toc (oui la petite étiquette qui est mal placée, ça me stresse terriblement !), aujourd’hui j’aime beaucoup en rire. Je vous avoue que le choix de mon #projet221 me stresse et je suis sûr que j’écrirai un article de plus pour que ça sonne paire ! Je veux donc utiliser cette particularité comme une force et donc comme élément clé de ma composition.

En tout cas, comme j’imagine ce projet sur un support papier, j’aimerais bien que l’oeil de mon lecteur ai le temps de parcourir les images, s’arrête sur les détails.

Ce projet est encore dans sa phase de balbutiement aujourd’hui mais je tenir quelque chose !

Avez-vous des projets enfouis dans vos notes ou vos placard ? Avez-vous pensé à revisiter une ancienne idée ?

Recycler ses projets - "Portrait de femme", recadrage et espace négatif
📷 : Nikon FM2n, Voigtlander 40mm f/2, Kodak 400TX, Kodak Xtol 1+1, Epson v600

1 Comment

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.